Anna Kruzynski

Accueil

(for English please scroll down)

Anna Kruzynski, professeure à l'École des affaires publiques et communautaires à l'Université Concordia, membre du Collectif de recherche interdisciplinaire sur la contestation (CRIC) et du Réseau de recherche sur les économies communales cherche à conjuguer militantisme et travail intellectuel. Active au sein d’organismes communautaires et de mouvements sociaux de masse, elle milite avant tout au sein de la mouvance antiautoritaire. C’est ainsi qu’elle s’est jointe à un collectif féministe radical (Némésis) et qu’elle fait aujourd’hui partie d’un groupe d’affinité, la Pointe libertaire, collectif libertaire qui travaille vers l'autogestion du quartier Pointe-Saint-Charles. Elle s'implique aussi dans l'école de sa fille dans l'optique d'y voir émerger un fonctionnement par démocratie directe.

Basées sur une méthodologie de recherche-action novatrice, ses recherches visent à aider les militantEs et organismes à décrire et à analyser leurs activités en suscitant la réflexion. Dans le cadre de sa collaboration avec les Archives populaires de Pointe-Saint-Charles et un groupe de femmes impliquées dans l’organisation communautaire depuis plus de 25 ans, Anna Kruzynski s’est intéressée au militantisme dans un quartier populaire de Montréal. Elle a aussi travaillé avec le le Collectif de recherche sur l'autonomie collective, un groupe de recherche affinitaire, libertaire et (pro)féministe, qui a examiné les activités de groupes autogérés, féministes et queers contestataires, apparus au Québec depuis la révolte zapatiste contre le néolibéralisme en 1994.

Dans les années à venir, s'inspirant du projet des économies communales, elle espère développer un projet de recherche pour explorer les initiatives économiques, politiques et culture sur le territoire du soi-disant Québec qui s'inscrivent dans des futures post-capitaliste.

***

Anna Kruzynski, professor at the School of Community and Public Affairs at Concordia University, member of the CRIC (Interdisciplinary Research Group on Contention) and of the Community Economies Research Network (CERN)has sought, over the last fifteen years, to conjugate activism and intellectual work. Active in more mainstream community organizations and social movements, she is mainly involved in organizing within antiauthoritarian networks. She was first involved with a radical feminist collective (Nemesis) and is now a member of a neighbourhood-based antiauthoritarian affinity group, la Pointe libertaire, working towards the self-management of all aspects of community life. She is also involved in her daughter's school, working to instill direct democratic processes within.

Her research activity, using innovative participatory action research methodologies, aims to help activists and organisations document, analyse and reflect on their activism. She worked with the Popular Archives of Point St. Charles and a collective of women who have been involved in community organising for over 25 years to document the history of neighbourhood activism in a working class Montreal neighbourhood.

She also worked with the Collectif de recherche sur l'autonomie collective, a research group composed of antiauthoritarian (pro) feminist activists. The CRAC used participatory action research to document the activities of self-managed, contentious feminist and radical queer groups that have emerged in Quebec since the Zapatista uprising against neoliberalism in 1994.

In the years to come, inspired by the Community Economies Project, she hopes to develop a research project to explore economic, political and cultural initiatives on so-called Québecois territory that are enacting post-capitalist futures.

© 2008 Anna Kruzynski :